It is during our darkest moments that we must focus to see the light

Mwen se echantiyon yon ras kap boujonnen men ki poko donnen

Si vous voulez vous faire des ennemis essayer de changer les choses

Thursday, August 19, 2010

Haiti: La Presse INDEPENDANTE Est-elle Moribonde? Par Stanley Lucas

"Je dedie l'article suivant a mes amis Jacques Roche assassine le 10 Juillet 2005 et Wanel fils decede le 12 Janvier"

 

Quel est le role de la presse Haitienne en 2010? Dans quel contexte evolue-t-elle? Quel est son role dans l’organisation d’elections libres, honnetes et democratiques? Quel est le role de la presse Haitienne dans l’analyse du profil et comportement de ceux qui organisent des elections en Haiti? Quel est le role de la presse Haitienne dans l’analyse des candidatures a la presidence, au senat et a la chambre des deputes? La Presse Haitienne est-elle devenue moribonde?

 

Depuis les années 1820, avec Felix Darfour la presse independante Haitienne joue un role majeur dans notre quete de democratie et de developpement economique. Dans les annees 70 avec Gasner Raymond le Petit Samedi Soir etait le porte drapeau de la democratie. Des journalistes de l’hebdomadaire sous la direction de Pierre Clitandre, prenaient des risques enormes pour enqueteR et publier des dossiers sur la corruption, l’etat du pays et la democratie. Comment oublier par la suite, le journal Enquetes d’Ady Jean Gardy et qui apporta au pays un immense espoir democratique à partir de 1986? Au debut des annees 90 ce fut l’emergence de la presse militante, elle contribuera a la defaite des militaires et a l’election de Jean Bertrand Aristide. Ce fut cette meme presse qui fera face a Aristide lorsqu’il prit la route de la repression et de la corruption.

 

Depuis le retour de Rene Preval au pouvoir en 2006 la presse Haitienne affronte cinq grandes difficultes:

 

La premiere difficulte est la nouvelle tactique du pouvoir pour faire de la presse une prolongation du pouvoir d’Etat selon la vision fascite de Mussolini et de Staline. Ceci entraina le sabotage du travail des medias et journalistes independants avec le support de ses creatures qui formeront a sa demande une commission-bidon de journaleux pour noyer le poisson des assassinats commis sous son premier mandat et celui de son marassa Aristide. L’objectif de Preval etait d’empecher l’identification des auteurs intellectuels, des organisateurs de ces assassinats et de mener des dilatoires sans punir personnes. Cette commission formee de politiciens-journalistes, sortis de sa chambre à coucher, recevra des millions de la presidence pour faire “ce travail” de scélérats, sans duper personne non plus. Preval profita de l’occasion pour acheter d’autres journalistes qui avaient grand gout et les mettre a son service. Ils offrirent a Preval ce qu’il attendait: ignorer les auteurs intellectuels et organisateurs de l’assassinat de Brignol Lindor et de Jean Dominique alors que des petits excutants furent punis a l'aide d'une justice expeditive qui ne posait pas de question. Les assassins du journaliste independant Jacques Roche furent tout aussi bien ignorés dans ce processus ou les journalistes de Preval etaient a la fois enqueteurs, policiers, commissaire du gouvernement, juge et porte parole.

 

Preval qui n’a jamais aimé les journalistes fit fermer le Ministere de l’Information, le remplacant par un Ministere de la Culture (musiques, theatre, comedies, vulgaires propagandes de marchands de betises etc ) pour gerer entre autres ses soufreteux des médias d’Etat, dont la plupart se firent inscrire au Parti Unité (connu sous le sobriquet INIQUITE). Plusieurs de ces soi-disant journalistes recrutes par le parti INIQUITE se presenteront comme candidats de l’Inite aux elections legislatives de Fevrier 2010. A cause du tremblement de terre du 12 Janvier ces elections n’ont pas eu lieu et ils se preparent maintenant à recevoir leurs sieges de parlementaires couillons dans le cadre du coup d'etat electoral prepare par le CEP de Gaillot Dorsainvil.

 

La seconde tactique utilisee était de jeter le discredit sur les medias qui ne repetaient pas leur propagande. Radio Kiskeya a ete leur cible pendant un moment et a su resister. Radio Signal a prefere reculer un peu avant de repartir au combat. Apres l’echec de l’application de la politique de la carotte pourrie (corruption) aupres de certains journalistes qui persistaient a rester independants le pouvoir changeait de tactique et passa aux menaces d’elimination physique et la violence. C’est ce qui est arrive dans le cas d’Euvrard Saint Amand, le journaliste qui animait l’emission Intersection sur radio Caraibe qui a du laisser le pays et vivre en exil. Les journalistes Corvington de radio Galaxie et Carlasse de radio RCH 2000 vivent les menaces chaque jour.

 

La troisieme tactique a été de prendre en main adroitement l’Association Nationale des Proprietaires de Medias (ANMH) avec de nouveaux dirigeants qui defendent le pouvoir a tous les coups, meme quand des directeurs de medias sont la cible d’assassins tels le Directeur de Radio Caraibe (Moussignac) qui a failli etre assassiné et que le President de l’ANMH envoya sur les épines en affirmant qu’il avait subi un attentat non en sa qualite de Directeur de Media mais en sa qualite d’entrepreneur. Pourtant quand un autre directeur de radio de la capitale a failli etre kidnapé le traitement de l'affaire par l'ANMH a ete different. Pourquoi 2 poids deux mesures ? Parce que Moussignac ne fait pas partie du Groupe de Bourdon (secteur economique rapace au service du pouvoir)? Ne faudrait-il pas interviewer un journaliste independant comme Pierre Manigat pour comprendre?

 

L’ANMH n’est plus pour pour l’independance de la presse. Elle est formée de deux groupes: un secteur proche de Preval, desabillé completement devant lui. Un autre qui comprend des membres ou proches du Groupe de Bourdon. Le Groupe de Bourdon est un cartel corrompu des affaires qui detient l’ensemble des monopoles d’Haiti et controle les secteurs financier et bancaire grace a leur proximite du pouvoir. Les proches de Preval on une influence sur qui devient redacteur en chef des salles des nouvelles et les reportages qui arrivent au micro. Ils ont fait balayer une grande partie des journalistes independants. Le Groupe de Bourdon a deux impacts sur ces medias. Le premier c’est que la plupart des proprietaires de medias au sein de l’ANMH pretent de l’argent de la grande banque INITE BANK qui appartient au Groupe de Bourdon. Ces prets deviennent un levier de pression sur la salle des nouvelles. En plus le groupe de bourdon a travers la publicite fait pression sur les medias et souvent joue une role determinant sur les histoires a couvrir, les invites a ignorer ou a inviter. Nombreux sont les journalistes qui ne seraient pas au chomage aujourd’hui s’ils avaient acceptes de se laisser remplir la gorge de ces carottes pourries et s’ils avaient mis leurs personnalités dans leurs chaussettes.

 

La quatrieme tactique est venue de la MINUSTAH avec les gros moyens disponibles a recrute un bon nombre de journalistes Haitiens faire fonctionner leur radio et leur section communications sour la direction de quelques etrangers. L’objectif est de contrer la presse locale et avancer leur agenda d’occupants. Dans le cadre de cette propagande politique les moyens sont aussi utilises pour “la formation” et donner de “l’assistance” aux journalistes Haitiens qui travaillent dans les medias indepedants. En suivant la radio des Nations Unies en Haiti on se rendra compte que depuis quelques mois les leaders Haitiens qui critiquent la mission ne font plus partie de leur programmation. Ils sont en train de “faire repeter” a la presse Haitienne ce qu’ils veulent leur faire repeter : elections, elections , elections magouilles ou non, en passant du beurre sur le candidat de Preval,  Jude Celestin.

 

Enfin la cinquieme tactique est l’utilisation de mercenaires de la presse internationale comme aux temps de Baby Doc, dont 4 « journalustres » dans des quotidiens americains deux journalistes Haitiano-americains en Floride, un a New York et un autre a Washington. Ces journalustes sont payes jouent un role de lobbystes informels. Leurs analyses en general sont des histoires preparees ou proposees par les conseillers de Rene Preval et du Groupe de Bourdon. Leur role comme journalustres payes et aux ordres de Preval est de faire avancer a travers des publications l’agenda de Preval et du groupe de bourdon. Ils ne font que lustrer la vitrine. Leurs informations tronquées publiees a partir de l’etranger sont ensuite relayees par les journalistes de Preval et du Groupe de Bourdon en Haiti.

 

Les journalistes independants en Haiti sont seuls dans cette jungle, a part quelques fois des rapports de solidarite venant de Medecins Sans Frontieres (RSF), de la Commission Interamericaine des Droits Humains quand ils sont menaces et de la Federation de la Presse Haitienne (FPH) qui documentent ce qui se passe jour apres jour et travaillent efficacement avec des organisations sœurs contre le desordre interne sans faire sonner les trompettes .

 

Avec cette situation, il est difficile aux journalistes independants, noyés dans la melee, d’ expliquer a la population de facon plus approfondie pourquoi les membres du Conseil Electoral Provisoire corrompue et des BEC sont des domestiques partisans du regime qui prevaut avec Preval. Les journalistes independants dans les salles de nouvelles sont sous pressions des directeurs des salles des nouvelles qui eux recoivent des pression des president proprietaires. C’est ce qui explique l’absence d’analyse sur seize candidats qui legalement auraient du etres disqualifies.

 

Tout le monde a peur et Ils sont rares les journalistes militants qui continuent de resister. Ces journalistes Haitiens sont des heros. Ce sont pour la plupart des jeunes qui pour un salaire derisoire prennent de grands risques dans ce metier honorable. Ils sont des fois battus, maltraites et exiles quand on n’a pas le temps de les tuer.

 

Le journaliste Haitien doit seul faire face a la violence politique du pouvoir et la violence economique du Groupe de Bourdon. Etre journaliste en Haiti est diffcile, c’est un métier ingrat. Je dois presenter ma medaille d’honneur aux journalistes Daly Valet, Jean Monard, Clarens Renoua, Lesly Jacques, Rotchild Francois Junior, Herold Emmanuel, Euvrard Saint Amand, Metellus, Pierre Manigat, Ady Jean Gardy, Lilliane Pierre Paul, Franck Charlot, Freo Lamonge, Charles Harrison Ernest, Lavaud Fevry, Saint Juste, Hebda Abdallah, Dieudonne Federme, Michel Soukar, Robert Benodin, Harry Joseph, Yves Clausel Alexis, Paul Ignace Janvier, Vasthie Desir, Luko Jasmin, Alex Saint Surin etc...et les autres noms que j'ai oublie. Ici en Haiti ou en exil, ils continuent de se battre et que Preval le veuille ou non leur lumiere si vivante et si forte vaincra un jour les tenebres que son regime de mort a jeté sur le pays…

1 comment:

Anonymous said...

喜歡你的部落格,留言請您繼續加油............................................................