It is during our darkest moments that we must focus to see the light

Mwen se echantiyon yon ras kap boujonnen men ki poko donnen

Si vous voulez vous faire des ennemis essayer de changer les choses

Monday, February 1, 2010

Low-Cost Emergency Preparedness Training Could Save Lives By Stanley Lucas

It is estimated that several thousand people may have died because they chose to run into buildings rather than seeking a clear, open space and dropping to the ground. Haiti has no building codes so most of the buildings are not able to withstand an earthquake. Choosing to run into buildings may have cost lives.

Unfortunately, despite Haiti’s location on a fault line and a hurricane corridor, there has never been an effort to educate Haitians on proper emergency readiness. After the disastrous hurricanes in 2008, I began talking on the radio about the need for a civic education program to teach people what to do when a hurricane hits or a natural disaster strikes. Putting together a emergency preparedness plan and launching a civic education plan are low cost initiatives. But this was never a priority for the Haitian Government. Rather, President Preval was focused on amending the constitution to extend his term in office.  

Growing up during the Cold War, many Americans will remember conducting safety drills in the grade school. Periodically, the raid sirens would sound or the school bells would ring, and children would practice taking cover under their desks with hands on their heads in protection. Those who grew up in the Midwest knew to go to the basement when the tornado sirens sounded. These were things they learned as children, and they became ingrained. These civic education programs cost little to implement, but had high impact. The Haitian Government did none of this, and lives were lost.  

We must still focus on recovery and getting aid to people who need medical attention, food and water. However, as we begin to consider rebuilding, we must focus on implementing basic training and education on how to respond to and cope with natural disasters. Some basic ideas for low-cost training initiatives could include:  
· Periodic emergency drills in the schools: Teachers could organize an emergency response plan including earthquake escape drills to practice how to get out of the schools in an efficient manner.  
· Monthly public service announcements on the radio: Haitians overwhelmingly listen to the radio for the news and entertainment. Radio stations could be provided with a standardized script to read and reinforced on a regular basis.  
· Public education brochures: Low cost brochures could be printed and distributed at markets, churches and other public venues. These could be done with pictures and symbols to be effectively distributed to those who cannot read.  

In the coming months, we will reach out to corporations and public donors to seek funds and expertise to prepare these materials. In addition, we will work with Haitian organizations to distribute the materials on the ground. It will be key to develop a consistent message and reinforcing that message regularly. Such low cost initiatives could very well save lives.

Necessary Considerations concerning the Jan 12th Haiti Earthquake aftermath by Alex Von Lignau

We have passed the critical initial stage of initial frequent aftershocks.

- “ After shock “ may still continue to happen for a while yet. Maybe months. They should however continue to become less potent, as the fault is settling. 

- The Caribbean Plate is still moving and balancing strain on its edges.

By showing some “light” shakes on its edges.

On the West side, the 5.7 of January 19th @ 10 Km at the end of Haiti’s south fault located in front and east of Grand Cayman Island where the Haiti South fault meets the Caribbean Plate Boundary in the subduction Zone to the North American Plate

On the south west side the boundary between the Caribbean and the Cocos Plates. ( last one: Jan 30 4.8 on the mating edge with the Cocos plate in El Salvador at 190.9 Km in depth, Colombia Jan 29th 4.9 @ 137.8 Km)

On the South/South-West at the triple intersection of the Caribbean , the Cocos and the Nazca plates, with a series of tremors Like 5 on Jan 23rd @ 35 km from 5.2 to 4.7 in Costa Rica Jan 23.

On the South, The combined boundary of the Nazca, South-American and Caribbean Plates has also shaken in Columbia with a 4.9 on Jan 29th @ 137.8 km showing very deep adjustments following 2 jolts on Jan 24th and jan 29th with respective Magnitudes of 4.7 and 4.6 at respective depth of 148.8 and 147.5 Km.

The East side of the Caribbean plate reacted as well with since Jan 24th with a 5.1 @ 67.9 Km in the Leeward Islands.

On the North side, the extreme Subduction pressures between the Carribean and North American Plate combined with the North/North-east Caribbean Plate motion vectors have maintained the status-quo of the Haiti Northern Transform Fault.

All of the above confirm that the entire Caribbean plate has somewhat adjusted to our South Transform Fault slip differential changes resulting from the event of mag 7.00 of January 12th.

It also means that the Plate Pressure Parameters within the entire Caribbean Plate have also changed!! Haiti has now had a break since Jan 27th after the last aftershock tightened the Fault Mechanical lock located East of Port-au-Prince between the general area of Belle-Fontaine and the South-East oriented Mountain Range behind Barahona. This “Mechanical Lock” has the shape of a wide and inverted U (when Map orientation has Top due North) and measures approximately 70 Kilometers in width with an Arc height of approximately 20 Kilometers. on the entire Thickness of the fault.

My Opinion:

The Mechanical Lock due to the geologic details of the La Selle Mountain range should hold, at least for a while (a few decades or more!). The slip Pressures on Both of Haiti’s Transform Faults will increase again however and with time will put more pressure on the Northern Fault that will have to adjust within the 5 to 10 decades. This does not state that there will not be interim adjustments events within the Northern Caribbean Plate Fault System, I am expecting these possible adjustments to be in around Mag 6 or less, most likely around the Micro-plates of Gonave and Enriquillo, initially.

What is next?

Latest Stats:

- 400,000 + at multi-level of injuries.

- 200,000 buried in mass graves as of the 28th.

* More to be found inside rubbles that for the major part are still untouched.

*Carefour, close to Epicentre just starting to be penetrated and remaining injured starting to be channeled to hospitals, dead being moved.

* Leogane with estimated 90% destruction factor

* Grand Goave, Petit Goave etc  

* Estimating another 75,000 + dead to be found.

* Secondary delayed death. Estimating about 15% of seriously injured, seen at hospitals will die from injuries secondary complications.

*Rainy season approaching!!

* All drainages for the Port-au-Prince General Area under serious strain due to Rubbles clogging all water drainage passages.

* With many corpse still decomposing in rubbles, Rain water will wash out to street flood waters “ corpse Juice” increasing seriously danger of infectious diseases.

* Promiscuity in Earthquake refugees tent compounds throughout the open areas will increase risk of general contamination from pathogens, specially Airborne ones.

- H1N1 Virus propagation

- Rainy season Flu contagion

- Malaria

- And certainly not to underestimate Possibility of Outbreak of diseases such as Cholera and others!.

- Next 30 to 60 days critical for above.

So far emergency Medicals have gone for the best possible under the circumstances.

But possible Pathogen infections can be extremely strenuous on actual surviving medical structures.

The more at risk will be the Young and the elderly during this next phase!

Haïti, malade de ses charades


Patrick Lagacé

http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/patrick-lagace/201001/30/01-944655-haiti-malade-de-ses-charades.php
La PresseC'est toujours ça de pris: Tapis-Rouge a la plus belle vue de tous

les nouveaux bidonvilles de Port-au-Prince. Une vue à couper

le souffle sur la baie de Port-au-Prince, qui forme devant vos

yeux un arc turquoise.

 

Dans la baie, au loin, 12 bateaux, au moins. Au-dessus de la baie,

un hélicoptère. Un tableau saisissant. La baie, les bateaux, l'hélico.

 

Le spectacle de l'aide internationale, le monde à la rescousse d'Haïti.

 

Dans la pente que je descends en tentant de ne pas me casser la

gueule, odeurs de poulet grillé, de merde, de déchets qu'on brûle.

Quelques poules, un million d'enfants au moins, dont quelques-uns

font flotter au vent des cerfs-volants faits de vieux sacs-poubelles.

 

Un bidonville tout neuf

 

Dans le ciel, à 100 mètres, au-dessus des cerfs-volants, étincelant

au bout de branches attachées ensemble, le drapeau bleu et rouge

d'Haïti.

 

Il flottait au-dessus de la case de Dielva Duval, secrétaire général

du CAPSE, qui tient lieu de comité de citoyens. M. Duval, avec

Jean-Jacques Faubert, président du CAPSE, dirige le comité, qui

«aide les gens dans tous leurs besoins».

 

Et le drapeau? «Ça indique où est notre organisation, dit M. Duval,

policier de son état. Les gens voient le drapeau, ils savent qu'ils vont

trouver des informations ici.»

 

M. Faubert: «Haïti, notre cher pays, a été frappé. Ce drapeau montre

notre identité. Il doit toujours flotter.»

 

Il faut savoir un truc, sur ce pays. Ses habitants l'aiment à la folie.

Haïti est l'État qui mérite le moins l'amour de ses habitants. Deux

cents ans plus tard, les Haïtiens sont encore galvanisés par leur

histoire, par leur statut de «première république noire», obsédés

par leur indépendance, arrachée aux Français en 1804.

 

En ce bidonville, ici, à Tapis-Rouge, l'État, c'est MM. Faubert et Duval.

 

Évidemment, en Haïti, l'État n'est rien.

 

J'en ai assez des charades d'Haïti. Tout le monde bullshite, dans

ce pays. L'État, les politiciens, les Haïtiens, les journalistes - ceux

d'ici et d'ailleurs -, la proverbiale communauté internationale,

les travailleurs humanitaires.

 

Ça commence avec votre chauffeur, qui, même s'il ne sait pas

comment aller aux Cayes, va mentir et vous dire qu'il sait comment

aller aux Cayes. Il va même vous dire que ça prend deux heures.

En route, il demandera son chemin à tout le monde et arrivera

quatre heures plus tard.

 

Ça se poursuit avec cet État qui pue la grandiloquence, morpionné

par des officiels qui bandent sur les titres, les uniformes et les

grands discours.

 

Tandis que nous roulions vers Tapis-Rouge, René Préval, président

de la République - Haïti s'est débarrassé de la France mais a adopté

sa pompe -, était en entrevue à Radio-Caraïbes. Vingt-cinq minutes

de n'importe quoi.

 

Vingt-cinq minutes de vent, de slogans, de voeux pieux. De bullshit.

 

Et, malheureusement, 25 minutes de servilité d'un intervieweur

qui n'a jamais bousculé le leader d'Haïti, surtout pas quand M.

Préval a expliqué son consternant silence de plusieurs jours après

le 12 janvier. Une des premières questions de l'animateur: comment

la tragédie l'a-t-elle interpellé dans sa foi?

 

Fuck.

 

J'en ai assez des charades. Tout le monde fait semblant. Même moi,

je fais semblant. Je fais semblant que le foutoir haïtien n'est

qu'extérieur au peuple. En montrant les faiblesses de l'État,

je disculpe le peuple haïtien.

 

Or, désolé, mais les Haïtiens, collectivement, sont d'une passivité

épouvantable, déprimante et délétère. Pour faire cute, comme tout

le monde, je décris cette passivité comme du fatalisme.

 

La communauté internationale fait semblant que l'État haïtien

existe. Un État n'existe pas quand c'est l'ONU qui en assure la

sécurité par les armes. Quand c'est une puissance étrangère

qui fait atterrir les avions après un tremblement de terre qui

n'a PAS détruit la tour de contrôle de son aéroport. Quand ce

sont les amis de Jésus qui soignent et instruisent ses citoyens.

 

Et il y a les ONG. Pleines de bonne volonté, bien sûr. Peuplées

de saints, je le dis avec une admiration sincère. De Médecins

sans frontières à la Croix-Rouge: ce sont des saints qui

viennent ici.

 

Mais tout cet appui des ONG et des pays étrangers, à la fin,

aide les Haïtiens... à mort. Devant les chocs entraînés par

le désastre humanitaire, j'ai entendu 10 fois plus d'Haïtiens

critiquer non pas leur État minable, mais l'ONU, les

États-Unis, la France...

 

Aider à mort. Un exemple. Et je sais que je vais me faire

lancer des tomates parce que c'est un cas isolé. Mais je

m'en fous. Il est représentatif et emblématique.

 

J'arrête à l'épicerie, cette semaine. Oui, les épiceries ont

rouvert leurs portes, fini les barres tendres. J'ouvre la

porte du véhicule, mon chauffeur me met la main sur

le bras:

 

«Tu me rapportes une bouteille d'eau?»

 

O.K., O.K., oui.

 

Je mets le pied par terre, il me dit (ce n'était pas une demande)

un autre truc: «Et une bière.»

 

Le problème, c'est que - concurrence médiatique oblige -,

nos chauffeurs sont très, très, très bien payés. Pas selon les

standards haïtiens. Selon NOS standards: 200$US par jour.

 

Une bière, hein? Veux-tu que je conduise pendant que

tu la bois, aussi?

 

J'ai l'air brutal. Mais c'est une partie de la charade: de

peur d'être taxé d'insensibilité ou de racisme, personne

n'est jamais brutal avec Haïti.

 

Les Haïtiens, de toute façon, ne le prendraient pas. Brutaux

entre eux, ça va, de dictateurs en putschistes, ils tolèrent.

Et quand un président élu leur coupe les couilles, ce sont

les marines américains qui le sacrent dehors. Pas les Haïtiens.

 

Mais si la critique vient d'un étranger, alors là, c'est le tollé,

c'est le fleuve de courriels, c'est le verbiage sans fin à la radio,

c'est l'accusation de visées colonialistes.

 

J'en ai assez des charades. J'ai eu le coeur suffisamment brisé

par suffisamment d'enfants affamés, cette semaine.

Je crois avoir décrit l'urgence avec suffisamment de compassion

pour avoir le droit, ici, juste une fois, de dire que les Haïtiens

participent activement à leur malheur. Par passivité, justement.

 

Et nous? Continuer à aider Haïti exactement comme avant le

12 janvier, c'est créer une autre génération de misère,

d'orphelins et de bullshit.

 

Assez, s'il vous plaît. Assez.

REPONSE DE JEAN MONARD METELLUS JOURNALISTE DE RADIO CARAIBES, HAITI A PATRICK LAGACE DE LA PRESSE DE MONTREAL

ETONNANTS, SURPRENANTS, LES COMMENTAIERS DE L’AUTEUR SUR JEAN VENEL CASSEUS

Habitué avec les flèches empoisonnées de Patrick  Lagacé dans le quotidien "la Presse de Montréal" et son style agaçant et moqueur, je n’ai donc guerre été surpris par sa sortie du 30 Janvier dernier (Haïti, malade de ses charades) où encore une fois, l’auteur s’est illustré par des commentaires acides et franchement révoltants sur notre chère Haïti (Que ça lui plaise ou non, je continuerai à chérir mon pays, la première nation nègre indépendante du monde). Je ne lui ferai pas le plaisir de répondre à tous les sarcasmes d’un journaliste en mal de sensation dans un pays qui réclame pourtant de la sympathie, de l’amitié, de la solidarité de la communauté internationale pour se remettre d’un drame dévastateur qui a ruiné ses maigres possibilités matérielles et faucher l’administration publique et privée des cadres les plus prometteurs qui pouvaient lui garantir un lendemain meilleur et assurer le décollage vers la  modernité. 

Cependant, son commentaire sur l’interview de notre confrère 
(et collaborateur aussi) Jean Venel Casséus réalisée jeudi dernier avec le président René Préval m’a paru tellement choquant, injuste et mal placé que 
je ne pourrais conserver pour moi-même la réaction indignée que je garde en moi depuis la lecture de ses diatribes. La première question que je me suis posée est celle-ci : Patrick Lagacé, avait-il réellement pris le soin de bien suivre l’interview (réalisée d’ailleurs dans une langue qu’il ne maîtrise sans doute pas) ; il a d’abord dit que l’entretien avait duré 25 minutes alors que le chef de l’Etat était à cœur ouvert avec Caraïbes (réseau radio et télévision) pendant une heure d’horloge environ. « Vingt-cinq minutes de vent, de slogans, de vœux pieux. De bullshit », a-t-il écrit en référence aux 
déclarations du président Préval. Là encore, cela m’a paru tout à fait inexacte puisque René Préval avait très peu l’occasion, au cours de cet entretien, de 
se « vendre » réellement car, même si l’entame de l’interview était quelque peu amicale avec des questions tournées effectivement sur l’interpellation de sa foi chrétienne eu égard à la tragédie ou les circonstances dans lesquelles, lui-même René Préval, humain et citoyen, avait vécu le tremblement de terre, le chef de l’exécutif était très vite ramené à la réalité du tac au tac d’une interview où aucun cadeau ne lui était fait. 

Jugez-en par vous-mêmes : « Président Préval n’avez-vous aucune inquiétude quant à votre implication éventuelle dans le scandale des 197 millions de dollars du programme plan d’Urgence ? Amaral Duclonas ? Un dossier chaud qui a mis votre administration à rude épreuve car, on vous a soupçonné de complicité pour garantir une certaine impunité à ce chef de gang notoirement connu, qu’avez-vous à vous reprocher dans cette affaire ? ». Comment, après avoir écouté ces questions plus que pertinentes de Jean Venel Casséus et les réponses parfois embarrassées, parfois révélatrices de René Préval, Patrick Lagacé peut-il avancer que l’interviewer n’était pas mordant, perspicace et taquin ? Pour ceux qui connaissent bien notre métier et notre milieu (Haïti), ils savent bien que pour tirer les vers du nez de nos responsables, on doit faire preuve d’intelligence et de patience. Moi-même, je fus taxé de complaisant lors de mon interview avec l’ancien général Raoul Cédras mais, les critiques sont loin d’imaginer comment il m’a été difficile d’obtenir que l’ancien commandant en chef de l’Armée d’Haïti sorte de son silence pour me parler et se livrer à la nation et à la postérité. 

Bien sûr, des gens sont restés sur leur soif ; bien sûr certaines vérités historiques sont toujours restées cachées mais, l’entreprise humaine n’est jamais finie et ça laisse plus de piment pour l’interview Acte II. Sans fausse modestie et sans flatterie, j’avais réagi à chaud au micro de Caraïbe pour dire que pour la première fois, René Préval s’était vraiment livré à la presse. Tout était au menu : son hypocrisie dans la prison de Ertha Pasacal Trouillot et celle de Yvon Neptune ; sa hantise de la prison ou de l’exil ; sa faiblesse humaine et son impuissance devant l’ampleur d’une catastrophe qui l’a dépassé ; son dégoût des ONGs internationales qui timidement mais sûrement se substituent à l’Etat failli et inexistant qu’il symbolise. Si ma perception du journalisme est différente de celle de M. Lagacé, alors sans doute il a raison de croire que Casséus n’avait pas bousculé le leader d’Haïti mais moi, je continue de croire que notre collaborateur était inspiré car, il a fait parler un président que l’on
croyait bêbê (muet), tout au moins pour la presse haïtienne. Chapeau M. Casséus ! Le chien aboie, la caravane passe !         

1 comment:

午餐 said...

弱者困於環境,智者利用環境~~加油!.........................