It is during our darkest moments that we must focus to see the light

Mwen se echantiyon yon ras kap boujonnen men ki poko donnen

Si vous voulez vous faire des ennemis essayer de changer les choses

Friday, September 25, 2009

Haiti: La présidence de 2010 par Stanley Lucas

Le président René  Préval ne pouvant briguer un troisième mandat, qui choisira-t-il pour lui succéder? 

La mise en contexte :

Tous les événements politiques actuels doivent être appréciés à la lumière des prochaines élections présidentielles de  Novembre 2010.

Dans la foulée des irrégularités des dernières élections sénatoriales du 21 juin 2009  et au regard de l’existence de trois versions « officielles » d’amendement de la constitution, l’impression nette qui se dégage est que le président Préval prépare la deuxième phase du coup d’état électoral aux fins de détenir  une majorité confortable à la Chambre des députés et, à défaut de pouvoir conserver la  Présidence, s’attribuer, à la manière de Putin en Russie, le poste de Premier Ministre.

Dans les deux cas, il lui faut un successeur.

A l’exemple d’Aristide en 1996 qui avait fait choix de René Préval pour le remplacer, beaucoup demeurent convaincus que Préval fera pareil en 2010. L’environnement politique national et international le permettra-t-il ? La victoire surprise d’un secteur non encore révélé, comme en 1990, est-elle possible ?  Peut-elle se répéter en 2010 ?

Tout cela se prépare dans une atmosphère de méfiance paralysante, démobilisatrice, dans le cadre d’un « jeu de petits coquins et petits copains »  où  les candidats, en général,  ressemblent à des démarcheurs en quête d’un patron qui leur donnera la présidence. Incapables de démontrer leur capacité à défier les actuels dirigeants et manifester leur volonté de conquête du pouvoir, leur ambition est de devenir le Préval d’Aristide.

Le « telediol » bat son plein. Les « zins » fusent dans toutes les directions pour identifier le successeur de René Préval lequel, à tort ou à raison, traine après lui la réputation d’être un stratège politique arrivant, par des négociations au Palais National,  à gagner toutes ses batailles politiques sans pour autant gagner la guerre.

Les candidats

Trois camps se font face : celui de Préval, l’opposition traditionnelle et ce que j’appelle l’autre camp : une nébuleuse à laquelle il faudra réserver une considération spéciale. Il semble, dans le camp Préval, que les prétendants foisonnent ; comme d’habitude, circulent plusieurs noms de ceux qui pourraient rechercher ou avoir déjà la faveur de l’actuel président.

Jacques Edouard Alexis

C’est  son épouse qui aspire, bien plus que lui, au pouvoir suprême. Chaque jour, poussée par une ambition démesurée, elle le galvanise.  Madame Alexis est aussi guidée par un sentiment de revanche, Preval a fait avaler a Alexis et consorts les pires humiliations. Ils ont tout avale pour la présidence mais ils n’ont pas oublie. Jacques Edouard Alexis, après avoir payé 62 députés pour obtenir un vote de confiance en mars 2008, n'a pas senti venir la révolte populaire contre la corruption chronique  et la politique abusive et impropre de son gouvernement. Honteusement renvoyé le 12 avril 2008 par le sénat de la République, Alexis traine le lourd héritage de l’abattage des porcs créoles d'Haïti.  Après avoir été dans le cercle intime des Jean-Marie Chanoine et des Prosper Avril, au Palais National, il a survécu à tous les gouvernements qui se sont succédés de 1986 à nos jours en passant par celui du Général CEDRAS dont il était l’un des conseillers très écoutés durant la période du Coup d’Etat de 1991, période durant laquelle Alexis vivait au Grand Quartier Général où il partageait son petit bureau avec celui du Général Duperval selon plusieurs sources

Deux fois Premier ministre de René Préval, il a passé en tout quatre années à la primature. Visiblement encombrant pour Préval des fois, celui-ci a manifesté visiblement à la télévision, en maintes occasions, son dédain profond pour lui. Alexis traine un lourd héritage: les élections manipulées des 21 mai et 26 novembre 2000, les émeutes de la faim de 2008, l'insécurité et les kidnappings, les occupations répétées du territoire. Sous son gouvernement et après sa démission, il a tenté, sans succès, une tâche impossible : la récupération du mouvement lavalas. Ce dernier est divisé en quatre avec plusieurs candidats à la présidence. Alexis a développé des relations avec deux secteurs de lavalas à qui il a fait des promesses extrêmement difficiles pour ne pas dire impossibles à tenir. Dans la diaspora, il est mal perçu. François Pierre-Louis, son ancien employé à la primature, un anti-américain membre du PPN et Robert Maguire de l’USIP font de leur mieux, dans les coulisses de Washington, pour promouvoir sa candidature. Des efforts pour l'introduire chez certains alliés d'Aristide au sein du Black Caucus ont lamentablement échoué. Lors de ses visites, Alexis  projette l'image d'un leader archaïque du 20ème siècle, incapable de saisir les nuances et d’appréhender la dynamique que pose la résolution des problèmes au 21ème siècle. Sa connaissance des relations internationales est embryonnaire. Son style rappelle étrangement celui des discours fleuves de Chavez. Alexis contrôle plusieurs ministres du gouvernement dont celui de l’Intérieur et de l’administration territoriale ainsi que le secrétaire général de la primature. Il s’en sert pour distribuer de l’argent à des organisations de base et aux Casecs pour sa campagne. L’ancien regroupement parlementaire CPP ainsi que celui des journalistes AMIS dirigé par Marcus Garcia, semblent vouloir le suivre. Cependant, récemment, on ne sait dans quel but, Préval a commencé à faire miroiter aux yeux ou dans la pensée de Bien-Aimé Paul Antoine que comme Alexis il est parfaitement présidentiable…

Kely Bastien

C’est la Fédération des Etudiants Haïtiens (FENEH) qu’il a utilisée pour grimper les échelons politiques. Président du sénat, Bastien est aussi ancien député et, selon la malice populaire, l’un des auteurs de la résolution Socabank. Il appartient, selon la clameur publique, à l’équipe des sénateurs vendus qui se font monnayer leurs services. Préval, pour obtenir ce qu'il veut au sénat, a fait courir le bruit qu'il pourrait considérer  avec bienveillance la candidature de Kely. Ce dernier a pris très au sérieux cette petite farce du Président. Et son père spirituel, un nommé « PASTEUR » l’y encourage. Nous reviendrons sur le fichier technique de ce  drug dealer célèbre de la zone de Tabarre qui finance députés et sénateurs. Récemment, à Washington, Kely Bastien s’est présenté comme un leader de la droite. Quelle dérision!

Paul Antoine Bien-Aimé

Ministre de l'Intérieur depuis la disgrâce d'Alexis, Paul A. Bien-Aimé a grandi en influence au Palais puisqu’il sert bien son maitre. Totalement assujetti à Préval, il a terrorisé les Casecs du département de l’Ouest pour obtenir leur support dans la sélection de John Joël Joseph lors des élections sénatoriales. Ce sont les fonds de son ministère qui ont aidé les candidats de lespwa les 19 avril et 21 juin. Depuis, son nom circule comme choix potentiel de René Préval pour lui succéder. Paul Antoine a pris cette affaire très au sérieux. Chaque semaine, il organise des réunions avec les délégués et les élus locaux pour mettre en place une structure de campagne tout en faisant semblant de travailler pour Alexis. Brusquement, il est rempli de rancœur, surtout contre Madame Alexis. Dans les cercles de famille, il est bien connu que celui qui aspire à devenir le rival d’Alexis déteste son épouse à en crever. Cette femme n’hésite pas, des fois, à le gifler pour lui signifier sa colère, comme dans le cas du sous-directeur de l’Immigration qu’elle avait voulu imposer et qui n’était pas à la hauteur de cette fonction, sauf pour faire des magouilles…D’aucuns répètent cependant que son style de gestion ressemblerait à celui de ti René. (Donc, René Préval a un style de gestion !!!) Sera-t-il son candidat?

Jean Henry Céant

Avocat, notaire, beau-frère d’Aristide par sa sœur depuis Saint Jean Bosco, cadre supérieur de Fanmi Lavalas, Jean Henry reste un professionnel. C’est lui comme notaire et un autre jeune avocat de la place, G.C., qui détiennent tous les secrets financiers de Jean Bertrand Aristide. La clameur publique dit qu’il l’a rencontré, ainsi que Jean Claude Duvalier, pour la préparation de sa candidature. Aristide pour garder ses secrets devra endosser Ceant. Il touche à l’ensemble des secteurs de la vie nationale. C’est un homme modéré. Certains pensent que les réformes 2010-2015 nécessiteront un leader fort. Céant est perçu comme « Mr Nice ». Son nom est chuchoté dans les couloirs du Palais National.

Paul Denis

Conseiller de René Préval, ex-sénateur de la République (sud), ancien président de la commission des finances du sénat, Paul Denis est une des trois personnalités qui a réalisé la transition de 2004. Connu pour son travail de lutte contre la corruption, il a publié un rapport célèbre qui détaille les détournements de fonds du gouvernement Aristide. Personne cependant n’y a donné suite… Préval lui a enfoncé dans le crâne qu'il est son dauphin. Il est donc devenu son homme-lige, allant jusqu’à démissionner de son propre parti l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL). Sera-t-il le candidat de René Préval ?

Joanas Gué

Ministre de l'agriculture, en qui Préval avait mis « toute sa confiance » pour relancer la production agricole, Jonas est un des hommes du Président. Son nom a été cité. Sera-t-il le choix de René Preval?

Evans Lescouflair

Communiste aile cubaine, ancien membre de la direction nationale de l'OPL, c’est le fondateur de l'organisation politique KONBA. Lescouflair et KONBA font partie des alliés de René Préval. Il a transformé le budget et le personnel du ministère des sports en un outil politique au service de  son propre parti. Lescouflair n'est pas un démocrate, son style autoritaire et ti frekan provoquent des réactions épidermiques brutales chez les autres. Informel, peu respectueux des principes, il fait partie du club de Préval. Misye manke madan Pierre Louis dega plizye fwa deja. Grace aux fonds du ministère et avec l'aide du CEP, c’est un membre de son parti qui siège comme sénateur du département des Nippes après la mascarade des 19 avril et 21 juin. Il compte des amis dans le secteur privé des affaires proches du Groupe de Bourdon et dans lavalas. Sera-t-il le candidat à la présidence de René Préval?

Michele Montas

Porte parole des occupants, ces derniers temps nous avons observé la percée de la veuve de Jean Dominique qui a présidé à la nomination et l’installation de Gassant comme conseiller spécial (depuis Luc Désyr on n’a pas entendu ce titre en Haïti) du Président René PREVAL Nomination faite pour la rassurer.  L’inconvénient majeur vient du fait que cette femme, qui touche les plus hautes sphères des Nations-Unies comme porte-parole du Secrétaire Général, sait parfaitement comment est mort son mari. Et elle jure de faire payer à Préval cyniquement sa lâcheté…Fort de cela nous n’avons pas cru nécessaire de développer sur les chances de Michèle MONTAS DOMINIQUE.

Yvon Neptune

Pour récupérer une partie de lavalas, Préval a placé Neptune à sa droite. C’est un pion important dans la manipulation de ce parti. Yves Crystallin, lavalas, conseiller de rêne Preval est un pion de Neptune au palais. Neptune, ennemi juré d'Aristide, est convaincu qu'il est le choix de René Préval pour la présidence. Perçu comme un homme honnête, victime d'Aristide, influencé par des lavalassiens qui lui sont proches, Neptune a payé en prison pour certaines fautes du petit père. La perception populaire voit chez lui un petit dictateur au vocabulaire créole des plus châtiés comme Aristide, mais des plus haineux. Pire encore que l’Aristide d’avant 1994, peu préparé à assumer la présidence. Son passage à la primature n'a pas amélioré la situation de notre pays, bien au contraire, selon la vindicte publique !  Sera-t-il le candidat de Préval?

Michèle Pierre-Louis

Elle était dans l'administration publique sous Jean-Claude Duvalier avec Préval. Maintes fois sollicitée, depuis son premier mandat présidentiel, pour occuper la primature, elle avait toujours refusé, réprouvant les méthodes d’Aristide en particulier, reprochant à Préval dont elle était toujours la conseillère occulte, sa passivité.  Depuis sa nomination au poste de Premier ministre, après la débâcle d’Alexis, Michèle Pierre Louis a pris goût du pouvoir et en veut encore davantage. Elle tisse donc en secret le fil de sa campagne présidentielle, fait des simulations avec ou sans Préval. Elle compte sur George Soros, son ancien patron, pour construire le support politique et financier externe dans sa quête vers le pouvoir suprême. Depuis, il se répète qu'elle aurait le support des deux Clinton. Des informations contradictoires font d'elle une alliée de Préval, mais aussi un premier ministre embarrassant qui gêne l'agenda du Palais national. Alexis souhaite la mettre hors d'état de nuire et attend qu’elle achève son année à la primature. Le dossier des 197 millions de Petro caribe est son cheval de bataille dans l’atteinte de ses objectifs. Sera-t-elle le successeur de René Préval?

Guy Théodore

Ancien député de la 44ème législature, ancien colonel des forces armées américaines, ancien protégé d'Henry Namphy, propriétaire-gestionnaire du dispensaire de Pignon, Théodore a des relations particulières avec René Préval via des liens politico-familiaux : Il s’agit de Bob Magloire, le conseiller politique informel de René Préval. Il est, pour ce dernier, ce que Karl Rove était pour George Bush. Le nom de Théodore a été proposé à Préval. Sera-t-il le candidat de Ti René?

Leslie Voltaire

Activiste né, il est à la fois lui-même et son contraire.  Son père, Michel-Ange Voltaire était connu grand baron Duvalieriste a l’Office National du Café. Cette position a permis aux trois fils Voltaire de jouer à l’opposant sous Jean-Claude Duvalier et d’être toujours mis dans un avion et embarqués à l’étranger par les militaires de la police secrète lorsque les rapports devenaient trop compromettants. Leslie a survécu à toutes les tourmentes et joué un rôle clef dans la commission présidentielle pour le retour d'Aristide en 1992-1994. Architecte de la transition de 2004, aidé de Paul Denis et Yvon Neptune, c’est lui qui a tenté, sans succès, avec Bazin, la récupération du mouvement lavalas lors des élections de 2006. On le retrouve aujourd'hui au cabinet particulier de René Préval. Ancien haut cadre du ministère des affaires sociales avant 1986 et pendant la transition militaire, il a survécu à Duvalier, les militaires, Aristide et Préval. Il a des appuis privilégiés dans plusieurs coins de la communauté internationale. Leslie, dans sa pratique politique, opère en sous-marin. C’est le représentant de Bill Clinton en Haïti. Cette décision vient de Paul Farmer, l'assistant de Clinton, qui a des intérêts en Haïti. Farmer qui n'a pas pu obtenir le poste de patron de l'USAID, essaye de devenir le czar mondial du sida à la Maison Blanche. Selon diverses sources, lors d’un service funéraire à Orlando, dans le but d'obtenir le support des duvaliéristes, Leslie a été présenté par un parent Jean-Claudiste (S.C.) comme le prochain candidat lavalas. A ces derniers il est présenté comme le « remanbreman », celui qui fera le pont entre lavalas et lespwa. Son atout, dans le dos de Préval, s’appelle Elizabeth Delatour, mais son épine au pied s’appelle Alix Thybulle, un homme d’Herard Abraham. Depuis quelques temps, le Groupe de Bourdon, perdant tout espoir en Jacques Edouard Alexis, préfère jouer Leslie Voltaire qui avait servi de trait d’union entre Aristide et Leslie Delatour. Sera-t-il le candidat à la présidence de ti René?

Mais tout cela, c’est seulement et seulement si René PREVAL n’arrive pas à succéder à lui-même. Son secret le plus intime, c’est de rester au pouvoir, en modifiant la constitution à sa guise.  Il a déjà l’appui du groupe de Chavez.  Pensera-t-il à honorer le conseil salutaire de Castro qui lui a recommandé de tout accepter de Chavez, sauf ses conseils politiques…

Conclusion

La politique restant ce qu’elle est depuis toujours, l’histoire politique haïtienne a démontré, depuis au moins un demi-siècle :

  • La volonté des présidents successifs de perdurer au pouvoir par tous les moyens, compris en ayant recours à la cooptation et  à la violence ;
  • L’usage, par l’équipe au pouvoir, de fraudes électorales en organisant des élections toujours contestées, génératrices de crises politiques et de dictatures progressivement ;
  • L’absence d’une alternative organisée au pouvoir en place, d’une opposition structurée, sérieuse, représentative et responsable ;

Cette tendance lourde marquera la conjoncture politique de 2010…  à moins d’un sursaut pour établir un autre rapport de forces favorable à une manière différente de faire de la politique en Haïti. L’avenir peut-être dira le reste.

1 comment:

Jackly said...

Il est temps que l'on cesse d'accorder autant d'importance a la presidence d'Haiti. I faudrait organiser la societe haitienne de manniere a ce qu'elle puisse faire face cette destabilisation permanente qui l'empeche absolument de progresser et de resoudre meme ses problemes les plus elementaires. A mon humble avis, le president d'Haiti devrait tout simplement jouer un role de coordonnateur a l'echelle nationale et internationale, laissant le vrai pouvoir local aux prefets de departements qui seraient eux-memes elus par le peuple des departement qu'il administrent. En consequence, le president se limiterait a nommer les mistres et les ambassadeurs coordonner la politique etrangere du pays, etc... Les prefets auraient pour attributions l'administration et la securite departementales. Les cadres locaux qui assiteraient les prefets devraient absolument avoir des diplomes de gestion ou d'administration. Ainsi, un prefet qui aurait fait un excellent travail dans son departement pourrait briguer la presidence a la fin de son mandat, et ses techniques, son expertise pourraient etre copies par d'autres prefets. Peu a peu, une classe politique competente et responsable se formerait, les politiciens actuels, responsables de tous les maux du pays depuis le depart de Duvalier, seraient ou bien ecartes, ou bien auraient les mains lies pour faire le mal. Il y aurait des polices departmentales et des gardes nationales chargees du maintien de l'ordre dans chanque departement. Ce system politique serait beaucoup plus stable que celui qui existe maintenant en Haiti, puisque pour chambarder ce systeme, il serait necessaire de chambarder chaque departement, au lieu de tout simplement bloquer l'universite et quelques autres secteurs cles, comme on le fait maintenant.